l'atelier de Garance (Isabelle fournier Perdrix)

l'atelier de Garance    (Isabelle fournier Perdrix)

Avant propos et matériel



AVANT PROPOS ET MATÉRIEL


Je peint à l'aquarelle depuis de nombreuses années,(à partir d'un certain nombre on ne compte plus ! ) mais il y a seulement 7 ans j' ignorais que l'aquarelle pouvait se travailler dans "la matière!"  j'ignorais qu'on pouvait jouer avec l'eau et les pigments ,revenir sur une surface peinte, ouvrir des blancs,et travailler avec des pigments intenses sans "gouacher"!

J'ignorais aussi cette alchimie extraordinaire de la couleur, et l'importance de la reflexion avant l'action !

C'est grâce à Jean Louis Morelle que mes yeux se sont "ouverts" et que des "écailles" me sont tombées des yeux m'ouvrant des perspectives infinies sur l'art de l'aquarelle .Je lui dois beaucoup de tout ce que j'ai découvert depuis , toutes les expériences tentées,  tous les essais malheureux oui , mais, au combien "formateurs"et surtout tous les petits mais aussi bien sûr les grands bonheurs que m'apporte la pratique de cet art.Cette joie à chaque fois de voir ,comme sorti de cette "soupe primitive", de ce chaos complet , le sujet comme sculpté dans la matière ...oui ! l'aquarelle est une peinture qui peut se travailler dans la matière ! une matière subtile ,et si fragile .

Comme aprés l'orage ,les sédiments se retrouve charriés par l'eau ,les pigments véhiculés par l'eau du papier puis l'eau du pinceau sont" bousculés" mélés, puis "abandonnés" alors "tranquilement" sans le secours du pinceau ils se déposeront dans les reliefs du papier...

Toute la difficulté de cette technique se situe dans la gestion de l'eau ! l'eau du pinceau : active ,et l'eau du papier : passive .Il faut "accorder l'une à l'autre,pour cela il est donc trés utile de comprendre ce qui se passe quand on apporte de l'eau sur le papier et le Cycle de l'eau ,autrement dit ce qui se passe dans toutes les étapes du séchage du papier et sa "réaction" au toucher du pinceau plus ou moins chargé d'eau et de pigments. Bien sûr ,rien ne remplace l'expérience ,et là je ne peux rien pour vous ,sauf de vous encourager à multiplier les "expériences." Mais je peux toutefois vous guider dans ces expériences....et puisqu'il faut bien commencer ...

LE MATERIEL ( specifique pour cette technique)

  A/LES COULEURS

Des tubes ! pourquoi ? car souvent l'eau est plus sur le papier que dans le pinceau : donc les godets auront du mal (et vous aussi !) à réaliser des teintes consentrées en pigments et de plus ajout d'eau avec le pinceau (indispensable pour prendre le pigment avec le pinceau dans le godet ) ne sera pas forcement du meilleur effet sur le papier selon le stade de séchage de celui ci !

Des "extras fines" !pourquoi ? pour justement obtenir de belles couleurs ,la consentration en pigments de cellesci les rend à l'usage plus économiques ! le broyage des pigments est plus fin, les couleurs plus subtiles.Autant commencer avec du bon materiel ! surtout qu'il vous suffit que de peu de couleurs ! ! !

3 couleurs seulement ! pourquoi ? pour apprendre à faire ses couleurs et trouver aprés comment composer sa palette personnelle ! j'y tiens beaucoup ! pour moi "le métier de peintre commence la !"par la suite quand on maitrise ses mélanges on peut enrichir sa palette selon ses choix :on connait la "chimie" et les caractéristiques de ses couleurs et comment les utiliser !

B/LES PINCEAUX

1/Le pinceau "à reserve" celui ci a un "ventre" et une pointe ! c'est le pinceau classique pour l'aquarelle il peut etre en poils naturel s(martre,petit gris ) ou synthétiques.

Tout dépend de votre preférence.Je prefere pour ma part un synthétique que je trouve plus "nerveux" que le petit gris ,et la martre est un luxe qu'on peut reserver pour un peu plus tard...

Comme pour un stylos plume le pinceau aquarelle ne s'utilise que sur la pointe (on ne l'écrase pas ! ) et la cartouche s'est le "ventre" du pinceau :la reserve d'eau !

expérience : un verre d'eau ,un pinceau à reserve, tremper le pinceau entierement dans l'eau et "dessiner sur une feuille aqurelle simplement avec l'eau pure sans recharger le pinceau :vous verrez et mesurerez ainsi la capacité de votre pinceau !

donc pas besoin de pinceau fin !!! puisqu'on a un pinceau qui fait la pointe

experience: essayez de faire des traits aussi fins que possible avec votre pinceau à reserve ...vous verrez avec un peu de pratique ...

2/ Le pinceau sans reserve ! c'est un "détournement "d'un pinceau rond pour acrylique ,il est plus ferme, en poils synthétiques il sert a ajouter du pigment dans une "phase" d'humidité qui ne "tolère" pas l'ajout d'eau puisque celleci est déja sur le papier! ( encore un peu de patience et vous comprendrez tout !)

3/ Le pinceau "brosse" encore un détournement" ce pinceau sert à ouvrir des blancs il n'a que trés peu de capasité de reserve d'eau ,juste assez pour apporter le peu d'eau qui va ouvrir dans la couleur deja posée et devenue mâte des blancs magiques et souvent "somptueux" ! c'est la qu'on commence à jouer! le pinceau doit etre doux mais quand même ferme ,en synthétique ,si on a plusieurs tailles (au moins 2 ) c'est mieux .

Pour aujourd'hui j'arrète la ,dés que je peux je rajoute des photos pour illustrer mes propos et je continue ce chapitre . N'hésitez pas si vous avez des questions !!!

C/ 2 POTS à eau : un pour rincer le pinceau,et l'autre pour reprendre de l'eau propre (il est indispensable de travailler avec une eau propre pour ne pas "influencer" ces couleurs par une eau sale)

D/ une PALETTE pour étaler, mélanger et tester ses couleurs.Ce peut etre une simple plaque de "plexiglas" ou un carrelage blanc,ou tout autre surface à votre convenance ,même un morceau de papier peut faire l'affaire. Le principal :qu'il soit blanc ! une palette vendue dans le commerce avec des alvéoles suffira si elle a de bonnes proportions : il faut pouvoir étaler les couleurs de base à leur place (le triangle) et qu'il reste suffisament de place pour effectuer ses mélanges à leur place

E/ un chiffon (trés) absorbant genre serviette de toilette en fin de carriére :elle servira à essuyer les pinceaux en cours de travail et à absorber les éclaboussures et les débordements ...

F/ Le papier... il en existe des tas... le plus important c'est qu'il doit vous convenir à vous et à votre manière de travailler ! cherchez, testez, et vous trouverez !

je vous conseille un papier qui ne soit pas trop cher pour ne pas hésiter à faire des éssais, mais qui ait toutes les qualités d'un bon papier aquarelle !

Le Montval 300g/m me parait un bon choix : c'est un papier composé de cellulose qui absorbe moins les pigments que le papier "chiffon" qui est composé de coton

les "repentirs" seront plus aisés ,il est resistant à l'eau et il n'est pas cher! donc on hésite pas !

G/ Un "chassis" 12P .Celui ci set pour "tendre" le papier aprés l'avoir "immergé" dans la baignoire ou autre ,le principal s'est qu'il soit entierement immergé pendant quelques minutes au moins pour qu'il se "détende"" et se ramolisse  . Il sera ensuite agraffé sur le chassis en prenant bien garde de ne pas "blesser"  le papier ,celui ci est en effet trés fragile une fois trempé ! il ne faut pas non plus tirer sur celui ci au risque qu'il se déchire en se tendant au séchage !

séchage à plat plusieures heures... il faut donc etre prévoyant...et même avoir plusieurs chassis pour en faire à l'avance ... une fois l'aquarelle terminée il suffira de dégraffer la feuille puis de couper au cutter les bords agraffés pour obtenir une aquarelle absolument plane et prête pour l'encadrement ! pour peu que vous ayez bien pris soin de bien laisser sècher votre travail terminé !

Ceci  est le matériel neccéssaire pour travailler cette technique particuliere de l'aquarelle en humide...

 

 



18/05/2008
20 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 220 autres membres